top of page

Réforme des retraites : seul le Rassemblement national s'est opposé !

En débat depuis le 6 février à l'Assemblée nationale, l'étude du projet de loi de la réforme des retraites s'est achevée dans l'hémicycle vendredi 17 février à cause de l'article 47-1 de la Constitution qui délimite dans le temps les débats sur un texte. Cette réforme est désormais étudiée par les sénateurs. Récit d'une dizaine de jours surréaliste à l'Assemblée nationale.



Le Rassemblement national s'oppose à la réforme des retraites


Depuis l'annonce du projet de réforme des retraites par le Gouvernement, le groupe Rassemblement national s'est exprimé clairement contre cette mesure profondément injuste, brutale et inefficace.



Une réforme injuste


Cette réforme des retraites pénalise les Français qui ont débuté tôt, notamment ceux avant 20 ans, qui devront travailler plus que les autres pour arriver à 64 ans. Ceux qui commencent tôt sont souvent diplômés de BTS, de BAC pro et se destinent majoritairement à des métiers manuels et physiques difficiles. Des métiers essentiels pour la France, l'épisode du Covid-19 et des confinements avaient d'ailleurs illustrés le travail nécessaire de ces millions de travailleurs.


Emmanuel Macron a par ailleurs déjà supprimé des critères de pénibilité notamment « le port de charges lourdes » qui pénalisent déjà les salariés les plus exposés comme les déménageurs. Le Rassemblement national avait déposé un amendement pour le restaurer.


Les Français qui ont fait des études plus longues travailleront en réalité moins car ils entreront plus tard sur le marché de l’emploi et l’âge de départ en retraite à taux plein restera à 67 ans. Une réforme injuste.



Une réforme brutale


Cette réforme est une erreur : l’inflation est présente durablement en France, dont l’inflation alimentaire, les prix de l’énergie explosent - comme le prix de l'essence - et le gouvernement refuse de sortir du mécanisme européen de fixation des prix de l’énergie. Comment dans ce contexte où des millions de Français sont asphyxiés chaque jour peut-on prévoir une réforme pareille ? Les macronistes sont irresponsables.


Les sondages sont clairs, les Français sont majoritairement contre la réforme des retraites et le report de l’âge légal : 94% des actifs sont contre cette réforme ! Deux tiers des Français sont contre. C’est simple, dès qu’un membre du gouvernement parle, les Français hostiles à la réforme sont de plus en plus nombreux.



Une réforme inefficace


A l’heure actuelle, presque un Français sur deux n’est plus en activité lorsqu’il arrive à la retraite, il est soit au chômage ou pris en charge par une autre branche de la Sécurité sociale (notamment maladie). En allongeant la durée d’activité sans mettre en place une politique ambitieuse pour les séniors, on va créer davantage de chômeurs.


Le gouvernement n’a aucune politique nataliste pour relancer sur le long terme les naissances qui sont à un niveau extrêmement bas dans notre pays depuis la Libération. Pourtant ce système de répartition s’appuie sur les actifs. Comment garantir la pérennité du système de retraite par répartition sans l'assurance du renouvellement des générations ?


Cela illustre le courtermisme du Gouvernement qui a pris l'habitude de gérer les pénuries au détriment d'une gestion à long terme.


Je considère que la question de la natalité n'a pas été abordée à sa juste proportion dans une perspective de long terme. J'ai d'ailleurs déposé une proposition de loi sur ce sujet.



Les députés "Les Républicains" sont la béquille d'Emmanuel Macron

Très discrets depuis le début de la mandature - cela s'illustre par un taux d'absentéisme considérable, les députés des Républicains brillent par leur silence sur la réforme des retraites.


Un silence qui pèse lourd puisqu'ils auraient été malaises de voter ce texte qu'ils appellent de leur voeux alors que les Français le rejette massivement.


Alors qu'il a été démontré que les petites pensions de retraite ne seront pas globablement revalorisées à 1 200€ brut comme le répétaient les caciques de la macronie, les Républicains ont continué de soutenir timidement cette réforme des retraites injuste, brutale et inefficace.


Pire, ils ont empêché l'installation d'un référendum en refusant de voter la motion référendaire du Rassemblement national.



La NUPES "bordélise" l'Assemblée nationale

Ils se disaient opposés à la réforme des retraites, les députés de la NUPES ont été les meilleurs alliés du pouvoir macroniste à l'Assemblée nationale.


En déposant des dizaines de milliers d'amendements dont une grande partie sont inutiles, ils ont choisi l'obstruction parlementaire et empêché l'étude et les votes sur chaque article de ce projet de loi.


Cette stratégie a servi le pouvoir macroniste puisque les députés n'ont jamais pu étudier les articles sur le décalage du départ de l'âge légal à la retraite (article 7 du projet de loi) et sur les critères de pénibilité.


Ainsi, aucun vote sur ces articles n'a eu lieu. Les députés du Rassemblement national et tous ceux qui sont opposés à cette réforme n'ont pas eu l'occasion de voter pour rejeter cette article et bloquer la réforme. Pour le plus grand plaisir du pouvoir macroniste.



La NUPES et Les Républicains refusent de donner la parole aux Français par référendum


Depuis l'annonce de cette réforme des retraites, les Français ont exprimé une opposition constante au Gouvernement. Une opposition qui n'a cessé de croître dès que les macronistes plaidaient pour la réforme. Aujourd'hui, plus de 90% des actifs sont contre la réforme.


Dans ce contexte et devant l'impasse de l'Assemblée nationale, le Rassemblement national avait déposé une motion référendaire afin que le Président de la République s'exprime sur l'organisation d'un référendum sur sa réforme des retraites.


Au moment du vote sur cette motion référendaire, les députés de la NUPES qui avait eux aussi déposé une motion référendaire, ont quitté l'hémicycle par sectarisme. La macronie et Les Républicains ont voté contre le référendum.



La NUPES et Les Républicains refusent de censurer le gouvernement


Le Rassemblement nation par la voie de Marine Le Pen a déposé une motion de censure mercredi 15 février.


Cette motion a été motivé par un constat simple : en choisissant la procédure qui limite les débat, le gouvernement a rendu un vote sur la réforme des retraites difficile. En utilisant l'obstruction parlementaire, la NUPES a empêché définitivement qu'un vote se tienne.


Dans ces conditions, la motion de censure vise à stopper la réforme des retraites en destituant ce gouvernement.


Alors que la NUPES se disait opposé farouchement à cette réforme, opposé farouchement au décalage de l'âge légal de départ à la retraite à 64 ans, ils n'ont pas voté cette motion de censure, comme Les Républicains.


Seuls les députés du Rassemblement national se sont opposés à l'Assemblée nationale à cette réforme des retraites profondément injuste, brutale et inefficace. Ils se sont opposés en jouant le jeu des institutions pendant que la NUPES a joué le jeu de rue et "bordélisé" l'Assemblée nationale pour le plus grand bonheur des macronistes.


Les Français ne s'y tromperont pas.

Comments


Recevoir ma newsletter

Pour recevoir des informations sur mon actualité à l'Assemblée nationale ou en circonscription, inscrivez-vous ici. 

Alexandre Sabatou, député Rassemblement National de l'Oise
bottom of page