top of page

Rencontres avec les agriculteurs à Beauvais


Alexandre Sabatou, député de l'Oise, avec les agriculteurs à Beauvais et la FNSEA

Ce lundi 25 mars, j'ai eu l'opportunité de rencontrer des agriculteurs de la région de Beauvais issus de différents syndicats ou non. Ce moment d'échange a été l'occasion d'aborder des sujets cruciaux pour le futur de l'agriculture en France. Les discussions ont permis de mettre en lumière les préoccupations majeures des agriculteurs, mais aussi leurs propositions pour une agriculture durable et équitable.


Le Libre-échange et le CETA


Les agriculteurs considèrent le libre-échange, et particulièrement l'accord CETA, comme un défi majeur. Ils craignent que la concurrence accrue des grandes exploitations étrangères ne menace le marché français, bien que l'ouverture internationale reste nécessaire pour certaines exportations et importations, comme le soja à bas coût. Un autre sujet d'inquiétude est la sur-spécialisation des marchés sous l'effet du libre-échange, entraînant la standardisation des produits et l'abandon de certaines variétés.


La Précarité du mode de vie agricole


L'attractivité du métier d'agriculteur pour les nouvelles générations est en déclin. La vie agricole, perçue comme contraignante et peu rémunératrice, peine à séduire. Ce désintérêt progressif risque de diminuer l'influence politique des agriculteurs et d'aggraver leur isolement.


Les prix d'achat : vers une stabilité nécessaire


Pour encourager le maintien et le développement de l'agriculture, les agriculteurs appellent à une meilleure régulation des prix, incluant des prix-planchers clairs et basés sur les coûts de production réels. Ils demandent également plus de transparence et d'équité dans les négociations avec les industriels et distributeurs.


Le soutien de l'État : Une attente de mesures concrètes


Les agriculteurs expriment leur frustration face au manque d'avancées concrètes du gouvernement, malgré les annonces officielles. Ils attendent des actions plus affirmées, notamment concernant les quotas d'importation et le soutien aux filières d'excellence française.


La surveillance par l'OFB : Un appel à la modération


La relation avec l'Office Français de la Biodiversité est tendue, les agriculteurs se sentant souvent sous une surveillance excessive et peu adaptée à la réalité de leurs activités. Ils appellent à une approche plus pédagogique et moins punitive de la part de l'OFB, et soulignent la nécessité d'un dialogue constructif, exempt de militantisme excessif.


Comments


Recevoir ma newsletter

Pour recevoir des informations sur mon actualité à l'Assemblée nationale ou en circonscription, inscrivez-vous ici. 

Alexandre Sabatou, député Rassemblement National de l'Oise
bottom of page