top of page

Vote final du PLFR2022 : je vote contre

J'intervenais aujourd'hui dans l'hémicycle pour exposer la position du groupe Rassemblement national sur le deuxième projet de loi de finances rectificative 2022 avant le vote final de ce texte.


J'étais déjà intervenu sur ce texte le 7 novembre lors de la première lecture à l'Assemblée nationale pour dénoncer l'absence de réponse efficace de ce Gouvernement concernant le pouvoir d'achat des Français. Rien sur l'inflation des biens alimentaires, trop peu sur l'inflation de l'énergie.


Mon discours de ce jour clôture donc l'examen de ce texte après le passage de ce dernier en commission mixte paritaire mardi 22 novembre.


Sans surprise, j'ai appelé à voté contre ce texte et je suis tout de même revenu sur le rôle des Républicains, ces alliés objectifs de la macronie.


Alexandre SABATOU Député de l'Oise

Jeudi 21 novembre 2022 - Intervention en séance publique sur le vote final du deuxième projet de loi de finances rectificative 2022


Le texte de mon intervention écrite

Monsieur le Président,

Monsieur le ministre,

Monsieur le Président de la Commission des Finances,

Monsieur le rapporteur général,

Mes chers collègues,

Il ne s’agit là que d’un Projet de loi rectificatif, certes, mais il n’en reste pas moins décevant et la commission mixte paritaire conclusive n’est que le triste reflet des ambitions perdues de ce Gouvernement ; les Sénateurs LR ayant été tout comme leurs collègues de l’Assemblée Nationale solubles dans la Macronie.


Il fallait d’ailleurs une bonne paire de lunettes pour distinguer un Sénateur LR d’un Député Renaissance.


La crise de l’énergie couplée à une inflation galopante méritait plus, méritait mieux, que les petites victoires acquises en Commission Mixte Paritaire et qui ne répondent pas aux défis actuels. Mes chers collègues, le Gouvernement aurait dû utiliser toutes les ressources restantes pour faire face à la crise énergétique et combattre l’inflation.

Le pouvoir d’achat des français souffre depuis des mois de la hausse des prix de l’énergie. Depuis ce 15 novembre les français paient 20 centimes de plus à la pompe alors que s’achève le rabais de 30 centimes.


Nos collègues LR avaient proposé l’été dernier un prix maximum à la pompe de 1,50€. Ils étaient déterminés, fiers de proposer un amendement différent de ceux du RN !


Mais, comme toujours, ils se sont couchés comme un seul homme devant le Gouvernement enterrant définitivement leur mesure dans le PLFR, tel un clou refermant leur cercueil.


Ils nous avaient pourtant juré qu’ils se battraient pour le pouvoir d’achat des français. Mais les LR, comme nous nous y attendions, s’abstiennent soutenant de fait le budget du Gouvernement.

Nous, au groupe Rassemblement National nous voulions répondre aux vraies difficultés des français, nous vous avions alerté depuis bien longtemps sur cette dérive inflationniste.

Je ne vais pas vous rappeler les mesures phares du programme présidentiel de Marine Le PEN, vous les connaissez par cœur, je n’en doute pas. Notamment sur la baisse de la TVA sur l’énergie et sur 100 produits de première nécessité.


Nous, députés du Rassemblement National nouvellement élus, nous avons proposé des solutions à cette crise et nous avons voté les amendements de bons sens, d’où qu’ils viennent ; mais par sectarisme politique, la majorité tout comme l’extrême gauche Nupes ne nous ont pas soutenus et ce, au détriment du pouvoir d’achat des français qui sont hélas les grands perdants du PLFR 2022 et du PLF 2023.


Certaines de nos PME sont mises en danger par la hausse dramatique du coût de l’énergie. Un article paru dans LE POINT revenait en détail sur les difficultés d’une PME de 50 salariés.

Son dirigeant y détaillait sa nouvelle facture énergétique avec des contrats passant pour l’électricité d’un prix du mégawattheure de 63 euros à 3 000 euros, et de 20 euros à 1 000 euros pour le gaz !


Le fournisseur, TotalEnergies, dont VOUS avez refusé de taxer les superprofits, lui propose, disait-il, de renouveler son contrat avec un prix multiplié par 50 ! C’est à la chronique d’une mort annoncée de nos PME à laquelle nous assistons là, devant un Gouvernement toujours satisfait de lui-même et de ses actions.

Quant aux français vous les condamnez à ne pas pouvoir se chauffer cet hiver. Il y a un an, en octobre 2021, le prix moyen mensuel de vente au détail du Fioul domestique était de 1 euro par litre, aujourd’hui est passé à 1,68 euros.


Soit une hausse de 700 euros pour remplir une cuve de 1.000 litres. Et que proposez-vous pour aider les français qui se chauffent au fioul ? Un chèque de 100 euros en tout et pour tout. Les français auront donc froid cet hiver et ce par la faute du Gouvernement qui n’a pas voulu appliquer les bonnes mesures, qui n’a pas mis tous les moyens de l’État pour faire face à la crise énergétique.

Comme on pouvait s’y attendre la hausse incontrôlée des prix de l’énergie a provoqué une inflation importante des prix de l’alimentaire : d’après Michel-Edouard Leclerc celle-ci est actuellement à deux chiffres.

- Plus de 28% pour la viande et les volailles surgelées

- Plus de 20% pour les pâtes

- Plus de 19% pour l’huile

- Plus de 17% pour le beurre, la margarine et la crème fraîche


Pour reprendre son expression « c’est un véritable tsunami » dévastateur pour les consommateurs français auquel nous avons à faire face et qui va s’aggraver après les fêtes de fin de Noël.

Nous avons insisté sur ce sujet, cette hausse est grave, d’autant plus dramatique qu’elle touche un élément essentiel, obligatoire pour nous tous. Nos concitoyens en seront-ils réduits à ne faire qu’un repas par jour, à se priver de fruits et de légumes frais, à ne pouvoir mettre sur la table que très exceptionnellement viandes et poissons et ce au détriment de leur santé et surtout de celle de leurs enfants en pleine croissance.


Nous faisons un bond en arrière de 200 ans, à l’époque de l’industrialisation où manger de la viande était un luxe.


Nous assistons à une spirale infernale qu’il faut absolument stopper dans sa course et ce n’est hélas pas ce PLFR qui en sera capable.


C’est pourquoi le groupe Rassemblement national votera contre ce PLFR 2022.



Comments


Recevoir ma newsletter

Pour recevoir des informations sur mon actualité à l'Assemblée nationale ou en circonscription, inscrivez-vous ici. 

Alexandre Sabatou, député Rassemblement National de l'Oise
bottom of page